Nouvelle construction

Nouvelle législation touchant les résidents des associations de propriétaires

Posted by admin

LES NOUVELLES ASSOCIATIONS DE PROPRIÉTAIRES DES ÉTATS LÉGISLATIFS DOIVENT RÉPONDRE AUX EXIGENCES D’INSPECTION DES INFRASTRUCTURES

SB326 (Hill) définit de nouvelles exigences pour les associations d’inspecter l’infrastructure, appelées structures surélevées telles que balcons, terrasses, escaliers et garde-corps sur une base périodique. La loi exige que les constructeurs de nouvelles constructions fournissent à l’association un ensemble complet de plans avant de constituer le cautionnement initial avec le premier propriétaire de l’association. Cela comprend les plans «tels que construits».

La législation oblige les associations à effectuer une inspection visuelle (par un architecte ou un constructeur) tous les neuf ans d’un échantillon statistiquement significatif de structures surélevées telles que balcons, terrasses, escaliers et garde-corps. Si des preuves d’infiltration d’eau sont trouvées, l’inspecteur doit utiliser son meilleur jugement professionnel après une enquête plus approfondie. La législation ne définit pas ce que l’on entend par “échantillon statistiquement significatif”. Cela devrait vraisemblablement être déterminé par les conseillers chargés de l’inspection.

La législation oblige l’inspecteur à rédiger un rapport indiquant l’état actuel des structures surélevées, la durée de vie future prévue, les performances attendues et toute recommandation de réparation. L’inspecteur est également tenu d’informer l’organisme local d’application (ville, comté, etc.) de toute menace immédiate pour la sécurité personnelle.

La première inspection doit être terminée avant le 1er janvier 2025. La législation stipule que le conseil d’administration de l’association détermine si des réclamations sont soumises contre le constructeur ou le promoteur et que les membres du conseil affiliés au constructeur / développeur ne peuvent pas participer à la décision.

NOUVELLE LÉGISLATION PERMETTANT LES PROPRIÉTÉS ACCESSOIRES DANS LES ASSOCIATIONS DE PROPRIÉTAIRES

AB670 (Friedman) permet des unités de logement supplémentaires au sein d’associations ainsi que de villes, comtés et autres juridictions. La législation invalide toute disposition ou règle CC&R qui interdit une unité de logement supplémentaire sur un lot unifamilial. Cependant, la législation autorisera des restrictions raisonnables tant qu’elles n’interdiront pas ou ne restreindront pas de manière déraisonnable des unités de logement supplémentaires. Ce qui est considéré comme une “limitation raisonnable” n’est pas défini dans le Statut. Par exemple, une disposition limitant le nombre de personnes qui pourraient vivre dans un logement supplémentaire serait-elle considérée comme raisonnable? Ceci est actuellement indéterminé. Une unité d’habitation accessoire est une deuxième unité sur un terrain qui est soit détaché, soit situé dans les murs de la maison sur le terrain et se compose d’un maximum de 1200 mètres carrés, y compris les équipements de cuisine, de couchage et de salle de bain. La législation fait également référence à un logement “junior” d’une surface habitable allant jusqu’à 500 mètres carrés, qui doit avoir une entrée extérieure et des équipements de cuisine, mais peut partager une salle de bains avec la maison principale sur le terrain.

Les associations sont préoccupées par les problèmes de bruit, de stationnement et d’assurance liés aux logements

Leave A Comment